La course pilote par pilote

Red Bull Racing – Renault (S. Vettel 4e, M. Webber 5e)
Course difficile pour les Red Bull, qui parviennent toutefois à plutôt bien limiter la casse. Un seul responsable à ces difficultés : les pneus. En effet, initialement parti pour faire trois arrêts, Sebastian Vettel a été contraint d’en faire quatre, ce qui lui a fait perdre une place au profit de Räikkönen. Les deux Ferrari le passèrent elles en anticipant leurs arrêts, le premier pour Alonso et le second pour Massa. Seule satisfaction pour le triple champion du monde : il conserve la tête du Championnat du monde grâce à sa quatrième place. Mark Webber, lui, s’en sort très bien : après un nouveau départ catastrophique, il se retrouve onzième à la fin du premier tour, après avoir été un temps treizième dans le premier virage. En anticipant son premier arrêt, il remonte sixième, puis se débarrasse d’un Rosberg en souffrance pour se hisser jusqu’à la cinquième place, qu’il ne lâchera plus.

Ferrari (F. Alonso 1er, F. Massa 3e)
Course parfaite pour la Scuderia ! Qualifié cinquième, Fernando Alonso était déjà remonté troisième à la fin du premier tour. Il a ensuite intelligemment anticipé son premier arrêt pour dépasser Vettel, puis Rosberg. Une fois la piste dégagée devant lui, il a attaqué comme il sait si bien le faire, ce qui lui a permis de repousser Räikkönen suffisamment loin pour se permettre de faire un arrêt de plus que le Finlandais. Avec cette victoire, l’Espagnol se relance complètement au général. Même satisfaction pour Felipe Massa, qui obtient son premier podium de l’année, alors qu’il ne partait que neuvième. Lui aussi très bien parti, le Brésilien a ensuite profité de l’effondrement des Mercedes pour gagner deux places supplémentaires. Et un second arrêt décalé par rapport à Vettel lui a permis de dépasser le triple champion du monde pour se retrouver troisième. S’il a tenté de revenir sur Räikkönen, son dernier relais ne fut pas à la hauteur des précédents, mais sa troisième place le satisfait tout à fait !

McLaren – Mercedes (J. Button 8e, S. Pérez 9e)
Avec une voiture pas au niveau, difficile d’espérer mieux qu’un top 10. Très décevant lors des qualifications (quatorzième sur la grille), Jenson Button s’est bien repris en course, étant un des rares pilotes capables de ne faire que trois arrêts, ce qui l’a aidé à remonter au classement. À l’arrivée il a même la relative satisfaction de devancer son équipier Sergio Pérez pourtant parti cinq places plus haut sur la grille. Parti aussi pour ne faire que trois arrêts, le Mexicain n’y est pas parvenu, alors qu’il brille habituellement pour sa conduite très économe en pneus. Six points, c’est vraiment le maximum que McLaren pouvait espérer ce week-end, ce qui n’est pas franchement rassurant.

Lotus – Renault (K. Räikkönen 2nd, R. Grosjean ab.)
Il est vraiment très impressionnant, ce Kimi Räikkönen ! Bien aidé par une voiture excellente gestionnaire, le Finlandais a encore accompli une course très solide et, s’il n’avait pas perdu du temps derrière Vettel pendant son second relais, il aurait probablement pu inquiéter davantage Alonso, grâce à une stratégie à trois arrêts qui a parfaitement fonctionné. Grâce à cette troisième seconde place consécutive, il revient à quatre points de Vettel au classement. Pas de chance en revanche pour Romain Grosjean, victime de son premier abandon de la saison. Sixième sur la grille, le Français a fait un mauvais départ pendant lequel il a perdu trois places. Il était ensuite à la lutte avec Adrian Sutil quand sa suspension arrière droite a cédé. Dommage car en ne faisant que trois arrêts, l’équipier de Kimi Räikkönen aurait sûrement pu ramener de gros point.

Mercedes (N. Rosberg 6e, L. Hamilton 12e)
C’est assez incroyable de voir à quel point les Mercedes se transforment dans la nuit du samedi au dimanche. Irrésistibles en qualifications (seules voitures sous les 1’21’’), elles furent ridicules en course. Poleman, Nico Rosberg a tenu tout son premier relais avant de finalement voir consécutivement Alonso, Vettel, Massa et Räikkönen lui passer devant, en l’espace de trois tours ! L’Allemand ne s’est toutefois pas démonté, restant fidèle à sa stratégie à trois arrêts. Ça allait d’ailleurs mieux pou lui en fin de course, puisqu’il put résister à la di Resta pour préserver les huit points de la sixième place. Une maigre consolation… Mais que dire de Lewis Hamilton ? Mal parti, le pilote anglais a aussi tenu à peu près un relais, avant de s’effondrer. On l’a même entendu dire à son stand, alors qu’il luttait avec Maldonado pour la… quatorzième place, «Je me fais doubler par une Williams, c’est quoi ce truc ?!» ! Finalement douzième, le champion 2008 s’est plaint de sous-virage et d’une absence totale d’équilibre, en plus de l’habituelle surconsommation de pneus. Il va vraiment falloir travailler en conditions de course pour les Flèches d’argent !

Sauber – Ferrari (N. Hülkenberg 15e, E. Gutiérrez 11e)
Grosse occasion manquée pour l’écurie suisse ! Alors qu’il luttait pour les points, Nico Hülkenberg a été victime d’une erreur de son équipe, qui l’a relâché trop vite aux stands. Il s’est alors accroché avec Vergne, arrachant son aileron. Il a dû s’arrêter un tour plus tard, pour le réparer, puis passer à nouveau aux stands pour purger sa pénalité. Difficile dès lors de briller… Quant à Esteban Gutiérrez, il a surpris son monde en réalisant le meilleur tour en course après son quatrième arrêt, mais malheureusement, il n’est pas parvenu à dépasser la Toro Rosso de Ricciardo, pourtant bien plus lente en fin de course, ce qui le prive d’un premier point en F1, point qui lui aurait permis de faire quelque peu taire ses détracteurs.

Force India – Mercedes (P. di Resta 7e, A. Sutil 13e)
Discrètement mais efficacement, Paul di Resta est en train de s’installer dans le top 8 du classement général, grâce à une nouvelle arrivée dans les points, la quatrième en cinq courses. De nouveau l’Anglais s’est montré très solide, ne commettant aucune erreur. Seul regret : ne pas avoir réussi à dépasser Rosberg, qui avait des pneus très usés en fin de course, ce qui lui aurait permis de grappiller deux points supplémentaires. De son côté, Adrian Sutil doit se demander qui a laissé traîner un chat noir dans son garage… Une fois de plus, il repart bredouille d’un week-end pourtant idéalement commencé, avec une huitième place tout au long du premier relais. Jusqu’à ce que son premier arrêt se passe mal, comme en Malaisie, et qu’il n’y perde de précieuses et nombreuses secondes. Finalement treizième, il confirme à chaque course n’avoir rien perdu de son coup de volant, mais l’écart avec di Resta se creuse.

Williams – Renault (P. Maldonado 14e, V. Bottas 16e)
Toujours aussi décevantes, les Williams… Pastor Maldonado, vainqueur ici même l’an dernier, a cette fois passé la course en seconde moitié de peloton. S’il n’a pas commis d’erreur, le Vénézuélien n’avait tout simplement pas assez de rythme pour espérer briller. Même problème pour Valterri Bottas, qui a terminé juste devant la Caterham de Charles Pic, ce qui est loin d’être rassurant pour l’écurie de Grove. Espérons que la saison 2013 soit ratée car Williams prépare d’ores et déjà 2014…

Toro Rosso – Ferrari (J.-É. Vergne ab., D. Ricciardo 10e)
Une sacrée poisse ! Ce dimanche, Jean-Éric Vergne a tout simplement collectionné les problèmes : sous-virage, accrochage aux stands, explosion d’un pneu… C’est dommage car, très à l’aise lors des trois séances d’essais libres, Vergne semblait vraiment bien et capable de rapporter quelques précieux points. Ce second abandon consécutif tombe finalement très mal pour le Français, d’autant plus que Daniel Ricciardo a de nouveau livré une bonne course, achevée en dixième position, c’est-à-dire dans les points. Six points désormais séparent les deux hommes au Championnat du monde.

Caterham – Renault (C. Pic 17e, G. van der Garde ab.)
Premier abandon de l’année pour une Caterham, avec celui de Giedo van der Garde. Le Néerlandais a en effet perdu une roue au tiers de la mi-course. S’il a réussi à revenir aux stands, il n’en est pas sorti, la voiture ayant été trop endommagée. Dommage pour van der Garde, auteur de la meilleure qualification de sa carrière. Décevant samedi lorsqu’il s’est qualifié dernier, Charles Pic s’est bien repris en course, parvenant à devancer les deux pilotes Marussia, c’est-à-dire ses principaux adversaires. Il échoue de plus juste derrière une Williams, ce qui n’est pas rien.

Marussia – Cosworth (J. Bianchi 18e, M. Chilton 19e)
Très bien parti, Jules Bianchi a malheureusement abîmé son aileron avant lors d’un contact dans le premier tour, ce qui l’a contraint à s’arrêter sitôt celui-ci achevé. Contraint de faire quatre arrêts au lieu des trois prévus, il n’a jamais pu revenir sur Charles Pic, son principal adversaire. Quant à Max Chilton, il a fait de son mieux, finissant à nouveau derrière Bianchi, mais parvenant parfois à rivaliser au niveau des temps au tour. Pas assez d’abandons en course pour permettre aux pilotes Marussia de finir plus haut dans la hiérarchie.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site