Explications : Les classements

L’actuel système de points est en vigueur depuis 2010. Les points sont répartis comme suit :

25 points pour le premier
18 points pour le deuxième
15
points pour le troisième
12
points pour le quatrième
10
points pour le cinquième
8
points pour le sixième
6
points pour le septième
4
points pour le huitième
2
points pour le neuvième
1
point pour le dixième

Si, par exemple, seuls six pilotes finissent la course, le pilote qui sera classé 7e est celui qui aura accompli le plus de tours avant d’abandonner, le 8e sera le deuxième à avoir accompli le plus de tours, et ainsi de suite.

De plus, si 75% de la course n’ont pas été accomplis avant que celle-ci ne se termine (durée limite des deux heures atteinte, ou interruption à cause de conditions trop dangereuses), seule la moitié des points est attribuée. D’où la présence de ½ points dans les statistiques de certains pilotes ! Cela s'est produit pour la dernière fois en 2009, lors du grand-prix de Malaisie.

Les points accumulés par les pilotes s’additionnent à l’issue de chaque grand prix, et les pilotes sont classés par ordre décroissant de points. En cas d’égalité, ils sont classés suivant leur meilleur résultat : un pilote ayant deux victoires (50 points) sera devant un pilote ayant cinq cinquièmes places (50 points). Si leur meilleur résultat est identique, on regarde le nombre de fois que ce-dernier a été obtenu. Si là encore, ce nombre est semblable, on compare les deuxièmes meilleurs résultats, et ainsi de suite. Si les deux pilotes ont exactement les mêmes résultats, ils sont ex-æquo. Sinon, le pilote comptant le plus de bons résultats est classé devant l’autre. Les pilotes n’ayant pas inscrit le moindre point sont également classés suivant leur meilleur résultat.

Pour les constructeurs, c’est le même principe. Les points des deux pilotes de chaque écurie sont additionnés, et les écuries ensuite triées par ordre décroissant de points.  

Pour l’anecdote historique, il est bien plus facile de prendre des points aujourd’hui qu’autrefois, puisqu’à l’origine, seuls les cinq premiers étaient récompensés suivant le barème : 8-6-4-2-1. De plus, seuls comptaient les quatre (puis cinq, puis six) meilleurs résultats. Notons aussi que de 1950 à 1959, un point était attribué au pilote détenteur du meilleur tour en course.

En 1960, le barème a évolué, et les six premiers du grand-prix étaient primés, suivant la norme : 8-6-4-3-2-1, puis, l’année suivante, la victoire est passée à 9 points. Enfin, la victoire a été récompensée de 10 points à partir de 1991. C’est cette même année qu’a définitivement été adopté le principe de prendre toutes les courses en compte.

La FIA a encore modifié son système d’attribution des points, en 2003, pour aider les petites écuries à ne pas finir bredouilles et ainsi survivre financièrement (seules les écuries classées, c’est-à-dire ayant inscrit au moins un point, touchent une prime de la FIA). Ainsi, les huit premiers sont alors récompensés, de cette façon : 10-8-6-5-4-3-2-1. Et le dernier changement date donc de 2010.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site