Le jour où... Pedro Diniz s'est réjoui de sa dernière place

Pedro Diniz est un pilote brésilien né le 22 mai 1970. Entre 1995 et 2000, il a pris part à quatre-vingt dix-huit courses, inscrivant dix points.

Il tombe une pluie torrentielle sur Barcelone, ce 2 juin 1996, pour la septième manche de la saison. Alors que les quatre premiers du championnat, qui sont les Williams de Hill et Villeneuve, la Ferrari de Schumacher et la Benetton d’Alesi occupent, dans cet ordre, le haut de la grille de départ, se trouve en neuvième ligne le jeune Pedro Diniz, une fois de plus relégué loin de son équipier Panis, vainqueur quinze jours plus tôt en Principauté.

Mais en Formule 1, rien n’est écrit d’avance, d’autant plus sous la pluie. Dès le premier virage, un accrochage entre les Minardi, Rosset et Coulthard, couplé à un bon envol du Brésilien, le font grimper dans la hiérarchie. Et avec le passage aux stands de Panis dès le premier tour, Diniz se retrouve onzième à l’issue de la première des soixante-cinq boucles prévues. Au tour suivant, Irvine renonce, et voilà Diniz dixième, puis à nouveau onzième, Verstappen étant passé devant quelques mètres plus loin. Au douzième tour, Hill abandonne, et Diniz fait son retour parmi les dix premiers. Au seizième tour, le Brésilien vire large dans un virage, et Häkkinen en profite pour passer. Le pilote Ligier passe alors avant-dernier, puis dernier au tour suivant avec la disqualification de Salo, alors douzième.

diniz-spain.jpg

Ni lui, peu à l’aise sous la pluie, ni sa voiture, ne semblent capables de revenir sur les adversaires qui le précédent. Cependant, l’abandon de Brundle, dans le même tour, le replace en dixième position. Au vingt-et-unième tour, Schumacher prend un tour à Diniz, qui grimpe à la neuvième place suite à l’abandon de Johnny Herbert. Au quarante-et-unième tour, la Ligier ravitaille pour la première et seule fois de la course. Diniz est alors à deux tours de l’homme de tête, Schumacher. Et trois tours plus tard, tout s’accélère pour Diniz ; consécutivement, ce sont Berger, Barrichello et Verstappen qui abandonnent ! Diniz entre alors dans les points, et s’assure donc son premier top 6 en F1. Plus rien n’évoluera, et Diniz termine ainsi bon dernier, à près d’un tour de la McLaren de Hakkinen qui le devance. Mais qu’importe l’humiliation de la dernière place, il a inscrit son premier point en F1 !

Un autre suivra dans l’année, puis huit équitablement répartis sur les trois saisons suivantes, avec pour meilleur résultat la cinquième place, obtenue deux fois.

Le classement de la course

        Grille Tours Retard Points
1 M. Schumacher Ferrari 3 65 1:59:49.307 10
2 J. Alesi Benetton 4 65 +45.3 6
3 J. Villeneuve Williams 2 65 +48.4 4
4 H.-H. Frentzen Sauber 11 64 +1 tour 3
5 M. Häkkinen McLaren 10 64 +1 tour 2
6 P. Diniz Ligier 17 63 +2 tours 1
Abd. J. Verstappen Footwork 13 47    
Abd. R. Barrichello Jordan 7 45    
Abd. G. Berger Benetton 5 44    
Abd. J. Herbert Sauber 9 20    
Abd. M. Brundle Jordan 15 17    
Abd. M. Salo Tyrrell 12 16    
Abd. D. Hill Williams 1 10    
Abd. U. Katayama Tyrrell 16 8    
Abd. E. Irvine Ferrari 6 1    
Abd. O. Panis Ligier 8 1    
Abd. G. Fisichella Minardi 19 1    
Abd. D. Coulthard McLaren 14 0    
Abd. R. Rosset Footwork 20 0    
Abd. P. Lamy Minardi 18 0    
NQ L. Badoer Forti        
NQ A. Montermini Forti        

MTC : Michael Schumacher (Ferrari) : 1:45.517

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site