Créer un site internet

Le jour où... Pierluigi Martini a offert à Minardi son seul tour en tête d'un grand prix

Pierluigi Martini est un ancien pilote italien, né le 23 avril 1961 à Lugo. Entre 1984 et 1995, il a disputé cent dix-neuf grands prix, amassant dix-huit points. Il est le détenteur du ''record'' de plus grand nombre de courses disputées sans monter sur un seul podium.

Le 24 septembre 1989 a lieu, sur le circuit d’Estoril, le Grand Prix du Portugal, treizième des seize manches de la saison. Le grand prix se dispute sur fond de polémique puisque Prost, quoiqu’en tête du championnat, s’est plaint d’être désavantagé par rapport à son équipier Senna. Sa signature chez Ferrari est d’ores et déjà actée, mais il lui reste d’abord à obtenir son troisième titre de champion du monde. Devançant le Brésilien de dix-huit points, Prost peut se contenter de gérer son avance, ce qu’il a fait en qualifications, se satisfaisant de sa quatrième place. Devant, Senna, suivi des deux Ferrari de Berger et Mansell. Derrière, l’étonnant Martini, sur sa modeste Minardi.

Au moment du départ, si Senna voir Berger lui passer devant, Martini, lui, résiste à Patrese et conserve sa cinquième place. Mieux encore, il menace Prost ! Mais rapidement, le Français s’échappe, et le pilote Minardi doit alors se concentrer sur ce qui se passe derrière lui : les deux Williams de Patrese et Boutsen se font très pressantes, suivies de Johansson, Caffi, Brundle et Modena. Tout comme lui, les trois derniers pilotes cités sont bien mieux classés que d’habitude, grâce à des pneus Pirelli plus performants sur ce type de tracé. Seulement, les pneus se détériorent vite, et brutalement, tous les pilotes équipés de Pirelli rentrent dans le rang. Tous, sauf Martini qui résiste encore et toujours aux Williams, alors que devant, le leader Berger compte vingt secondes d’avance sur lui après seize tours.

martini-pierluigi-1989-estoril.jpg

Le moment de gloire de Martini commence alors au vingt-cinquième tour : Prost, toujours quatrième, rentre aux stands pour chausser des pneus neufs ; il laisse donc sa position à Martini, toujours poursuivi par Patrese. Au trente-troisième tour, c’est le leader Berger qui change ses pneus, imité un tour plus tard par Senna. Tous deux repartent derrière le duo Martini-Patrese, qui est désormais sur le podium, à environ vingt-cinq secondes de Mansell. Et au trente-huitième tour, c’est la Ferrai de Mansell qui rentre aux stands. L’arrêt se passe mal, Mansell perd de précieuses secondes, et ressort quatrième, Patrese l’ayant imité. Martini prend alors la tête du grand-prix. C’est une première pour lui, mais aussi pour son écurie, Minardi. Après avoir offert à la petite écurie italienne le premier point de son histoire un an plus tôt aux Etats-Unis, voilà Martini qui lui offre son premier tour en tête ! Seulement, ce plaisir est de courte durée : avec ses pneus vieux de près de quarante tours, il ne peut résister à Berger qui le passe au tour suivant, imité par Senna une boucle plus tard, avant de changer à son tour de pneus, rétrogradant en sixième position.

Martini finira finalement cinquième de ce grand-prix et ni lui, ni son écurie Minardi ne figureront à nouveau en tête d’un grand prix. Toutefois, il accomplira encore deux autres exploits pour la petite écurie, à savoir sa meilleure qualification (second à Phoenix en 1990), et son meilleur résultat (deux quatrièmes places, en 1991), imité en cela par Christian Fittipaldi, lui aussi quatrième en 1993, en Afrique du Sud.

Le classement final de la course

        Grille Tours Retard Points
1 G. Berger Ferrari 2 71 1:36:48.546 9
2 A. Prost McLaren 4 71 +32.6 6
3 S. Johansson Onyx 12 71 +55.3 4
4 A. Nannini Benetton 13 71 +84.3 3
5 P. Martini Minardi 5 70 +1 tour 2
6 J. Palmer Tyrrell 18 70 +1 tour 1
7 S. Nakajima Lotus 25 70 +1 tour  
8 M. Brundle Brabham 10 70 +1 tour  
9 P. Alliot Lola 17 70 +1 tour  
10 M. Gugelmin March 14 69 +2 tours  
11 M. Alboreto Lola 21 69 +2 tours  
12 L. Perez-Sala Minardi 9 69 +2 tours  
13 R. Arnoux Ligier 23 69 +2 tours  
14 S. Modena Brabham 11 69 +2 tours  
Abd. R. Patrese Williams 6 60    
Abd. T. Boutsen Williams 8 60    
Abd. A. Senna McLaren 1 48    
DSQ N. Mansell Ferrari 3 48    
Abd. D. Warwick Arrows 22 37    
Abd. N. Piquet Lotus 20 33    
Abd. A. Caffi Dallara 7 33    
Abd. E. Pirro Benetton 16 29    
Abd. I. Capelli March 24 25    
Abd. E. Cheever Arrows 26 24    
Abd. A. de Cesaris Dallara 19 27    
Abd. R. Moreno Coloni 15 11    
NQ J. Herbert Tyrrell        
NQ O. Grouillard Ligier        
NQ P.-H. Raphanel Rial        
NQ C. Danner Rial        
NPQ Y. Dalmas AGS        
NPQ J. Järvilehto Onyx        
NPQ P. Ghinzani Osella        
NPQ O. Larrauri Euro Brun        
NPQ G. Tarquini AGS        
NPQ N. Larini Osella        
NPQ A. Suzuki Zakspeed        
NPQ B. Schneider Zakspeed        
NPQ E. Bertaggia Coloni        

MTC : Gerhard Berger (Ferrari) : 1:18.986 (Tour 49)

Commentaires (2)

1. J. Rousseau 03/03/2012

119 grands prix entre 1984 et 1985, ça fait pas un peu beaucoup ?

Guillotin Louis

Guillotin Louis Le 03/03/2012

Effectivement... Faute de frappe, merci pour la correction !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×