Créer un site internet

Le jour où… John Watson a gagné vingt et une places pour s’imposer

John Watson est un pilote anglais, né le 4 mai 1946. Au cours de sa carrière entamée en 1973 et achevée en 1985, il a pris le départ de cent cinquante-deux courses, en remportant cinq, et finissant troisième du championnat du monde 1982.

Le 27 mars 1983 a lieu, à Long Beach, le Grand Prix des États-Unis Ouest, seconde manche de la saison. Après un premier grand prix remporté par Nelson Piquet au Brésil, c’est un circuit urbain qui attend les pilotes. Et beaucoup ont alors du mal à exploiter leurs pneumatiques Michelin sur un revêtement si particulier. C’est notamment le cas de Piquet, mais aussi des pilotes McLaren, Watson et Lauda. Ces derniers se qualifient donc en fond de grille, aux vingt-deuxième et vingt-troisième positions, sur vingt-six partants. Pourtant, ils vont être à la base d’une remontée inégalée…

En effet, lors du warm-up du dimanche matin, ils semblent avoir enfin trouvé la solution quant à leur problème de pneus, et sont donc davantage confiants qu’à l’issue des qualifications. Et le début de course semble leur donner raison : enfin à l’aise avec leurs Michelin, Watson, talonné par Lauda, doublent assez aisément les pilotes ayant profité de leurs déboires de la veille, et remontent petit à petit au classement. Devant les débats sont très animés, et les écarts ne se creusent pas beaucoup, ce qui fait aussi les affaires des deux équipiers.
Mais c’est au vingt-cinquième tour qu’ils font leur entrée dans les points. En effet, les deux hommes de tête, Tambay et Rosberg, s’accrochent. Si le Français abandonne, le Finlandais, lui, peut repartir. Au grand dam d’un autre pilote français, Jean-Pierre Jarier, avec qui il s’accroche au tour suivant : le pilote Williams voulut éviter son équipier Laffite, alors en bagarre avec Patrese. Cette fois-ci, le champion en titre finlandais ne repartit pas, et Jarier parvint uniquement à rejoindre les stands au ralenti, stands qu'il ne quittera pas. Laffite était alors en tête, devant Patrese, puis suivaient Surer, Cecotto, et donc les deux pilotes McLaren, Watson toujours devant Lauda. Deux tours plus tard, Surer et Cecotto furent avalés. Watson pointa alors à vingt secondes des deux hommes de tête.

mclaren-mp41c-john-watson-800x600.jpg
La piste étant dégagée devant lui, le pilote anglais revint fort sur Laffite et Patrese. Tant est si bien que l’Italien, sentant la menace se préciser, tenta un dépassement culoté sur le Français, au cinquante-deuxième tour. Il se rata, sortit de la piste et, le temps de revenir sur celle-ci, vit Watson puis Lauda lui passer devant ! Toujours en tête, Laffite était en difficulté avec ses pneus et les deux pilotes McLaren le dépassèrent coup sur coup. Il restait une alors une vingtaine de tours à parcourir, et, bien que partis des onzième et douzième lignes, Watson et Lauda occupaient les deux premières places du grand prix. Diminué par une crampe à la jambe droite, Lauda ne contesta pas la victoire à son équipier, assurant le doublé, et c’est Watson qui rentra dans l’histoire, s’offrant la plus belle remontée victorieuse.

Après ce doublé, les pilotes McLaren occupent les deux premières places du championnat, Lauda en tête, mais Watson ne confirmera pas, terminant finalement sixième du championnat. Ce grand prix ouest-américain restera donc sa dernière victoire en F1. Il annoncera sa retraite à la fin de l'année, avant de revenir, pour une course, chez McLaren, en 1985, sans succès.

.
Le classement de la course

        Grille Tours Retard Points
1 J. Watson McLaren 22 75 1:53:34.889 9
2 N. Lauda McLaren 23 75 +28.0 6
3 R. Arnoux Ferrari 2 75 +73.6 4
4 J. Laffite Williams 4 74 +1 tour 3
5 M. Surer Arrows 16 74 +1 tour 2
6 J. Cecotto Theodore 17 74 +1 tour 1
7 R. Boesel Ligier 26 73 +2 tours  
8 D. Sullivan Tyrrell 9 73 +2 tours  
9 M. Alboreto Tyrrell 7 73 +2 tours  
10 R. Patrese Brabham 11 72 +3 tours  
11 A. Prost Renault 8 72 +3 tours  
12 N. Mansell Lotus 13 72 +3 tours  
13 E. Cheever Renault 15 67 +8 tours  
Abd. A. Jones Arrows 12 58    
Abd. N. Piquet Brabham 20 51    
Abd. A. de Cesaris Alfa Romeo 19 48    
Abd. E. de Angelis Lotus 5 29    
Abd. R. Guerrero Theodore 18 27    
Abd. J.-P. Jarier Ligier 10 26    
Abd. B. Giacomelli Toleman 14 26    
Abd. M. Baldi Alfa Romeo 21 26    
Abd. P. Tambay Ferrari 1 25    
Abd. K. Rosberg Williams 3 25    
Abd. E. Salazar RAM 25 25    
Abd. D. Warwick Toleman 6 11    
Abd. M. Winkelhock ATS 24 3    
NQ C. Fabi Osella        
NQ P. Ghinzani Osella        

MTC : Niki Lauda (McLaren) : 1:28.330 (Tour 42)

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site