Créer un site internet

Le jour où... Mark Webber a été trahi par son équipier

Mark Webber était un pilote australien qui a pris le départ de deux cent quinze grands prix entre 2002 et 2013. Avec neuf victoires, treize pole positions et quarante-deux podiums, il possède un des plus beaux palmarès parmi les pilotes jamais champions du monde.

Le Grand Prix de Malaisie 2013, seconde manche de la saison, se déroula sur le circuit de Sepang le 24 mars. Lors des qualifications, le triple champion du monde en titre Sebastian Vettel s’offrit la pole position, devant les deux Ferrari de Felipe Massa et Fernando Alonso. Suivaient Lewis Hamilton, puis sur la troisième ligne, les secondes Red Bull et Mercedes, respectivement aux mains de Mark Webber et Nico Rosberg. Une fois n’est pas coutume, le départ, donné sur une piste détrempée, se passa bien pour l’Australien, qui gagna deux places. Mieux encore, l’abandon d’Alonso, aileron avant arraché, lui permit de grimper au second rang, juste derrière son équipier, dès l’issue du premier tour. Il se maintint alors à cette place jusqu’au premiers changement de pneus. La piste, en effet, commençait à sécher et les pilotes, partis en pneus intermédiaires, commencèrent à chausser des gommes pour revêtement sec. Vettel, leader, fut parmi les premiers à le faire. Mais l’Allemand rentra aux stands trop tôt et quand il ressortit de ceux-ci, il dut faire preuve de beaucoup de prudence pour rester en piste. Rentré une boucle plus tard, Webber en profita pour s’extraire juste devant son équipier, en tête de la course. L’Australien commença alors à gérer sa course, notamment ses pneumatiques, source d’inquiétude quant à leur usure précoce. Mais il dut aussi surveiller son équipier : à un moment, ce dernier se plaignit à sa radio : «Il est trop lent, dîtes-lui de s’écarter !» La réponse de Webber ne se fit pas attendre : en trois tours à peine il repoussa Vettel à plus de deux secondes ! Assurément, l’ancien pilote Minardi était intouchable sur le tracé de Sepang.

Seulement, son équipier ne l’entendit pas de cette oreille. Après le quatrième et dernier arrêt de Webber, Vettel revint dans son sillage. Il fut alors demandé aux deux hommes d’appliquer la consigne Multi 21, autrement dit, la numéro 2 reste devant la 1 et on garde les positions jusqu’à l’arrivée, assurant un très bon doublé. Webber, du coup, mit son moteur en mode économie, afin de le préserver en vue des prochaines échéances. Vettel, de son côté, ignora les recommandations de son stand et se montra pressant derrière l’Australien. Tant est si bien qu’à onze tours du but, il attaqua. Non préparé à ça, Webber se défendit tant qu’il le put mais il finit par céder au bout d’un tour, suite à une manœuvre dangereuse de son équipier.

Les critiques de Red Bull à la radio, «C’est idiot ce que tu as fait Sebastian», n’y changèrent rien et Vettel remporta la course, au nez et à la barbe de son équipier, qui hésita longuement avant de finalement se rendre sur le podium, où il montra explicitement sa colère.

Cette course peut laisser de gros regrets à Mark Webber car elle est celle où il passa le plus proche de la victoire en 2013, sa dernière saison en F1, achevée à la troisième place du Championnat du monde.

Le classement de la course

        Grille Tours Retard Points
1 S. Vettel Red Bull Renault 1 56 1:38:56:681 25
2 M. Webber Red Bull Renault 5 56 +4.298 18
3 L. Hamilton Mercedes 4 56 +12.181 15
4 N. Rosberg Mercedes 6 56  +12.640  12
5 F. Massa Ferrari 2 56 +25.648 10
6 R. Grosjean Lotus-Renault 11 56 +35.564 8
7 K. Räikkönen Lotus-Renault 10 56 +48.479 6
8 N. Hülkenberg Sauber-Ferrari 12 56  +53.044 4
9 S. Pérez McLaren-Mercedes 9 56 +72.357 2
10 J.-É. Vergne Toro Rosso-Ferrari 17 56 +87.124 1
11 V. Bottas Williams-Renault 18 56 +88.610  
12 E. Gutiérrez Sauber-Ferrari 14 55 +1 tour  
13 J. Bianchi Marussia-Cosworth 19 55 +1 tour  
14 C. Pic Caterham-Renault 20 55 +1 tour  
15 G. van der Garde Caterham-Renault 22 55 +1 tour  
16 M. Chilton Marussia-Cosworth 21 54 +2 tours  
17* J. Button McLaren-Mercedes 7 53 +3 tours  
18* D. Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 13 51 +5 tours  
Abd. P. Maldonado Williams-Renault 16 45    
Abd. A. Sutil Force India-Mercedes 8 27    
Abd. P. di Resta Force India-Mercedes 15 22    
Abd. F. Alonso Ferrari 3 1    

MTC : Sergio Pérez (McLaren-Mercedes) : 1:39.199 (Tour 56)

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×