Le jour où... Mark Webber a accompli un exploit pour sa première course.

Mark Webber est un pilote australien, né le 27 août 1977. Il est toujours en activité aujourd’hui, ayant remporté neuf grands-prix.

En ce 3 mars a lieu le premier grand prix de la saison 2002, en Australie, sur le circuit de l’Albert Park. Les Ferrari sont sur la première ligne, devant leurs rivales, à savoir les McLaren et les Williams. Mais ce grand prix, vivons-le avec Mark Webber, car il a en effet tout du conte de fées pour le grand Mark.

Tout d’abord, c’est sa première course de F1, toujours un grand moment. Ensuite, il est à domicile, ce qui, vu son attachement à sa patrie, n’est pas rien. Et enfin, sa voiture, la Minardi, quoiqu’italienne à la base, doit son existence à des ‘’capitaux australiens’’. En bref, tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette course un souvenir inoubliable pour Mark Webber. Tout est là, sauf une chose : les performances de sa voiture, la Minardi n’ayant plus inscrit le moindre point depuis le Nürburgring 1999. Et pourtant… Comme tous les pilotes qualifiés en fond de grille, Webber peut éviter l’énorme carambolage du premier virage, et se retrouve donc huitième à la fin du premier tour ! Rapidement, il laisse passer Räikkönen, mais profite des déboires de Trulli, Coulthard, Villeneuve et De La Rosa pour figurer en cinquième position, chose inimaginable au départ.

Mais alors que le champagne est déjà sorti chez Minardi, première alerte : pendant son arrêt, le pilote australien est victime d’un problème de réservoir d’essence lui faisant perdre plus de vingt secondes. À sa sortie, à vingt-et-un tours de l’arrivée, la menace se fait plus précise : Salo, sur sa Toyota bien plus rapide, n’est qu’à trente-cinq secondes. Et l'Australien a un problème de boîte de vitesses : il lui manque en effet son dernier rapport ! Tant est si bien qu'alors qu’il reste moins de trois tours à accomplir pour Schumacher, Salo est revenu à moins d’une seconde, au rythme d’environ deux secondes au tour... La pression devient énorme sur les épaules de l’Australien, qui doit résister au Finlandais, en risquant de tout perdre. Mais au virage 3 de l’avant-dernier tour, Webber anticipe son freinage : pour éviter l’accrochage, Salo n’a d’autre choix que s’écarter de la trajectoire ; la sanction est immédiate : perte d’adhérence, et tête-à-queue. La cinquième place de Webber est assurée, le public applaudit, et aura même droit à une entorse au très strict règlement de la FIA. Pour la seule fois dans l’histoire de la Formule 1, le podium est ouvert à un pilote non classé parmi les trois premiers : en effet, après la traditionnelle cérémonie, Paul Stoddart et son pilote sont autorisés à ‘’communier’’ avec leur public, pour fêter cet invraisemblable exploit.

australie-2002.jpg

Depuis, Webber n’a jamais quitté la Formule 1, connaissant bien d’autres émotions, notamment neuf victoires.

Le classement de la course

        Grille Tours Retard Points
1 M. Schumacher Ferrari 2 58 1:35:36.792 10
2 J.-P. Montoya Williams 6 58 +18.6 6
3 K. Räikkönen McLaren 5 58 +25.1 4
4 E. Irvine Jaguar 19 57 +1 tour 3
5 M. Webber Minardi 18 56 +2 tours 2
6 M. Salo Toyota 14 56 +2 tours 1
7 A. Yoong Minardi 21 55 +3 tours  
8 P. de la Rosa Jaguar 20 53 +5 tours  
Abd. D. Coulthard McLaren 4 33    
Abd. J. Villeneuve BAR 13 27    
DSQ H.-H. Frentzen Arrows 15 16    
DSQ E. Bernoldi Arrows 17 15    
Abd. T. Sato Jordan 22 12    
Abd. J. Trulli Renault 7 8    
Abd. R. Barrichello Ferrari 1 0    
Abd. R. Schumacher Williams 3 0    
Abd. G. Fisichella Jordan 8 0    
Abd. F. Massa Sauber 9 0    
Abd. N. Heidfeld Sauber 10 0    
Abd. J. Button Renault 11 0    
Abd. O. Panis BAR 12 0    
Abd. A. McNish Toyota 16 0    

MTC : Kimi Räikkönen (McLaren) : 1:28.541

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site