Le jour où... Mark Webber a obtenu son seul record en F1

Mark Webber est un pilote australien, né le 27 août 1977. Il est toujours en activité aujourd’hui, ayant remporté sept grands-prix.

Le 12 juillet 2009 a lieu, sur le circuit du Nürburgring, le Grand Prix d’Allemagne, neuvième manche de la saison. Comme depuis le début de la saison, les Brawn sont aux avant-postes, accompagnées par leurs meilleures adversaires, les Red Bull. Mais cette fois, c’est l’Australien Mark Webber qui a réalisé la pole-position, la première de sa carrière, devançant Barrichello, Button et son équipier Vettel. Et il espère bien en profiter pour décrocher sa première victoire…

Pourtant, ce n’est pas gagné. Rarement à l’aise dans les départs, surtout ceux effectués sous pression (Brésil 2003 ou Angleterre 2008, entre autres), Webber se loupe quelque peu une fois de plus. Débordé à droite par Barrichello, qu’il attendait à gauche, il se rabat brutalement sur la Brawn, qu’il heurte heureusement sans gravité. A gauche, c’est Hamilton, bien aidé par son SREC, qui passe. Au premier virage, Webber ne peut éviter la McLaren et crève le pneu arrière droit de l’anglais ; après toutes ces péripéties, l’Australien est second, derrière Barrichello, et devant Kovalainen. Alors, en compagnie du Brésilien, ils profitent du bouchon créé par le Finlandais pour s’échapper.

Seulement, au douzième tour, la sanction tombe : Webber est pénalisé d’un passage aux stands pour son départ jugé trop musclé. Sanction sévère, mais pas injuste, qui va encore plus motiver Webber. Deux tours plus tard, il effectue sa pénalité, quand Barrichello s’arrête aux stands. Ressorti en tête, l’Australien attaque alors comme un damné, et ravitaille cinq tours plus tard. Descendu en huitième position, il attend le changement de pneus de Rosberg au vingt-neuvième tour pour récupérer sa seconde place initiale, derrière Barrichello. Trois tours plus tard, Barrichello s’arrête : le Brésilien fera trois arrêts, Webber est le leader virtuel ! Il reste alors au pilote Red Bull à rester concentrer, et à ne pas se laisser submerger par l’émotion car, comme le disait Enzo Ferrari, ’’pour terminer premier, il faut premièrement terminer’’. L’émotion ne viendra donc qu’une fois la ligne franchie, matérialisée par des larmes de joie. En effet, Mark Webber a attendu son cent-trentième grand-prix pour enfin en gagner un, ce qui fait de lui le vainqueur le plus persévérant de l’histoire de ce sport !

webber-all-09.jpg

Désormais au volant d’une des meilleures voitures du plateau, Webber peut enfin régulièrement lutter pour la victoire, récompense obtenue six fois supplémentaires depuis.

Le classement de la course

        Grille Tours Retard Points
1 M. Webber Red Bull 1 60 1:36:43.310 10
2 S. Vettel Red Bull 4 60 +9.3 8
3 F. Massa Ferrari 8 60 +15.9 6
4 N. Rosberg Williams 15 60 +21.1 5
5 J. Button Brawn GP 3 60 +23.6 4
6 R. Barrichello Brawn GP 2 60 +24.5 3
7 F. Alonso Renault 12 60 +24.9 2
8 H. Kovalainen McLaren 6 60 +58.7 1
9 T. Glock Toyota 20 60 +61.5  
10 N. Heidfeld BMW 11 60 +61.9  
11 G. Fisichella Force India 18 60 +62.3  
12 K. Nakajima Williams 13 60 +62.9  
13 N. Piquet Jr. Renault 10 60 +68.3  
14 R. Kubica BMW 16 60 +69.6  
15 A. Sutil Force India 7 60 +71.9  
16 S. Buemi Toro Rosso 17 60 +90.2  
17 J. Trulli Toyota 14 60 +91.0  
18 L. Hamilton McLaren 5 59 +1 tour  
Abd. K. Raikkonen Ferrari 9 34    
Abd. S. Bourdais Toro Rosso 19 18    

MTC : Fernando Alonso (Renault) : 1:33:365 (Tour 49)

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site