Créer un site internet

Le jour où... Fernando Alonso a redonné le goût du succès à Renault

Fernando Alonso est un pilote espagnol, né le 29 juillet 1981 Oviedo. Il a pris part à cent quatre-vingts grands prix, en remportant vingt-huit. Il a été champion du monde en 2005 et 2006.

Le 24 août 2003 eut lieu, sur le circuit du Hungaroring, le Grand Prix de Hongrie, treizième manche du championnat du monde. Alors que Schumacher, Montoya et Raikkonen sont à la lutte pour le titre, un quatrième larron joue au trouble-fête. Il s’agit de Fernando Alonso, sur  Renault, qui s’est adjugé la pole position, devant Ralf Schumacher et Webber, sur sa modeste Jaguar.

Placé sur la partie propre de la piste, le jeune Espagnol prend un départ parfait et conserve la tête, devant Webber, lui aussi du bon côté. Et avoir le pilote australien juste derrière lui va faire le bonheur d’Alonso. En effet, la Jaguar est bien plus lente que ses adversaires et Webber doit lutter pour conserver sa place. Il retarde ainsi tout le peloton et Alonso, du coup, s’envole : près de deux secondes au tour ! Tant et si bien qu’au douzième tour, lorsque l’Espagnol s’arrête aux stands, il peut en ressortir … second, juste devancé par la McLaren de Räikkönen ! Au quinzième tour, Räikkönen ravitaille à son tour et rend la tête à Alonso, qui le précède désormais d’une vingtaine de secondes. Mais Alonso a encore deux arrêts à faire, alors que le Finlandais laisse planer le doute : un, ou deux ?

Cela n’empêche toutefois pas Alonso de reprendre sa marche en avant, à tel point qu’après son second arrêt, au trentième tour, Alonso ressort en tête ! À partir de là, peu importe la stratégie de Räikkönen, Alonso est devant. D’autant plus que le Finlandais est finalement, lui aussi, sur une stratégie à trois arrêts. Alonso n’a alors plus qu’à gérer la fin de la course, sans céder à l’émotion toujours intense dans ces moments. Mieux, à huit tours du but, il s’offre le luxe de prendre un tour d’avance à la Ferrari de Schumacher, quintuple champion du monde ! Et enfin, après soixante-dix tours, Fernando Alonso offre à Renault son premier succès depuis Alain Prost, vingt ans plus tôt, devenant au passage le plus jeune pilote vainqueur d’un grand-prix, record ensuite battu par Vettel en 2008.

alonso.jpgDepuis, Alonso a obtenu vingt-sept autres victoires, et surtout deux titres de champion du monde, chez Renault, en 2005 et 2006.

Le classement de la course

        Grille Tours Retard Points
1 F. Alonso Renault 1 70 1:30:01.460 10
2 K. Raikkonen McLaren 7 70 +16.8 8
3 J.-P. Montoya Williams 4 70 +34.5 6
4 R. Schumacher Williams 2 70 +35.6 5
5 D. Coulthard McLaren 9 70 +56.5 4
6 M. Webber Jaguar 3 70 +72.6 3
7 J. Trulli Renault 6 69 +1 tour 2
8 M. Schumacher Ferrari 8 69 +1 tour 1
9 N. Heidfeld Sauber 11 69 +1 tour  
10 J. Button BAR 14 69 +1 tour  
11 C. da Matta Toyota 15 68 +2 tours  
12 J. Verstappen Minardi 18 67 +3 tours  
13 N. Kiesa Minardi 20 66 +4 tours  
Abd. H.-H. Frentzen Sauber 17 47    
Abd. J. Wilson Jaguar 12 42    
Abd. Z. Baumgartner Jordan 19 34    
Abd. O. Panis Toyota 10 33    
Abd. G. Fisichella Jordan 13 28    
Abd. R. Barrichello Ferrari 5 19    
Abd. J. Villeneuve BAR 16 14    

MTC : Juan-Pablo Montoya (Williams) : 1:22.095 (Tour 37)

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site